Nos 3 premières missions médicales

  • Accueil
  • /
  • Nos 3 premières missions médicales

14 août 2019

Depuis le début de l’année 2019 Humanicher a organisé 3 missions médicales itinérantes dans les villages les plus pauvres du Sud Bénin.  Sur les Villages de la commune de Dogbo, ceux de la commune de Ouidha, ceux lacustres de la commune de So Ava et le quartier de Ladji, le bidonville de Cotonou.

Village de Dogbo
Village lacustre de So Ava

3 missions sur 3 périodes différentes afin d’évaluer  la saisonnalité des pathologies rencontrées.

Notre objectif soigner  les populations fragiles et en priorité les enfants et les femmes enceintes.

On se déplace au plus prés de la population, en général dans l’école du village. Apres l’accueil, la consultation, le diagnostic; le traitement est donné gratuitement.

Notre souhait : être efficace c’est pour cela que l’on se concentre sur les pathologies aiguës, la surveillance des femmes enceintes, les pathologies de la pauvreté (teigne, dénutrition, lésions dermatologiques), les pathologies tropicales notamment la Bilharziose dans les villages lacustres et surtout le paludisme…

En effet au Bénin, le paludisme est la maladie la plus répandue et la première cause de mortalité infantile.

A Ladji, quartier le plus pauvre de Cotonou situé en bordure du Lac Nokoue, la situation est très alarmante, et l’environnement à Ladji offre toutes les conditions pour  une grande prévalence du paludisme. A lui seul, il représente :

  • 80% des motifs de consultations
  • 73% des causes de décès chez l’enfant de moins de 5 ans au Centre médico-social et Maternité de Ladji de l’ONG  La Vie Nouvelle.
  • La première cause des avortements chez les femmes enceintes ainsi que  la naissance d’enfants prématurés et de faible poids de naissance.

Quartier de Ladji

La situation du paludisme à Ladji est encore compliquée par la dure réalité de l’environnement :

  • L’habitat  construit en matériel précaire fait que  la fermeture étanche des portes et fenêtre reste difficile ;
  • La permanence de l’eau dans les maisons  (6 à 8 mois) favorise la multiplication  des moustiques surtout l’anophèle femelle ;
  • Le retard observé lors des consultations dans les centres de santé (les parents font de l’automédication, s’adonnent aux médicaments de la rue, se confient à la prière ou aux guérisseurs traditionnels). Les enfants sont souvent amenés au centre de santé en cas de maladie dans un état critique
  • La prise en charge devient donc plus difficile car les parents n’ont souvent pas les moyens de faire face aux frais de soins.  Les produits de santé tels que le sang sont difficiles à trouver (pénurie de sang).

Lors de nos premières missions 2422 personnes ont été consultées. Globalement il a été fait 110 consultations par jour. Celles-ci ont été réalisées par un médecin français et un médecin béninois. Ce médecin local a en plus la mission d’assurer le suivi médical de tous les cas qui le nécessitent après le départ de la mission Humani-cher.

Enfant atteint de Paludisme

174 crises de paludisme ont été prises en charges par notre association. On constate qu’il a été diagnostiqué 7 fois plus de paludisme en juillet qu’en février ou avril. Cela est vérifié sur le terrain par les médecins béninois. D’après leur expérience il y a 2 pics de paludisme au Bénin :  les mois de juillet-août et octobre. Nos missions à venir du mois d’août et du mois d’octobre devraient confirmer cela. A suivre …

7 paludismes graves avec hémoglobine inférieure à 6 g/l ont été hospitalisés dans les centre de santé du secteur. Tous les enfants pris en charges sont aujourd’hui tous tirés d’affaire.

Devenir bénévole

Vous aussi, vous pouvez vous impliquer au sein de nos missions

NOUS REJOINDRE